Mémoires d'un infiltré dans les réseaux de la drogue

Jean-Pierre Cazé est un ancien douanier d'un genre particulier. Jusqu'au début des années 90, son travail fut d'infiltrer les réseaux de trafiquants de drogue en France et au Maroc pour le compte du service français de renseignement des douanes. Il témoigne dans un livre intitulé Au cœur du trafic, Mémoires d'un douanier infiltré, chez Nouveau monde éditions. Il répond à nos questions. 

Afrique Drogue: Travailler en tant qu'infiltré dans un réseau de trafiquant de drogue, cela consiste en quoi?

Jean-Pierre Cazé: Il faut d'abord avoir des « aviseurs », autrement dit des informateurs. Ces gens-là connaissent une organisation frauduleuse ou criminelle sur le point d'importer, par exemple, en France une quantité importante de drogue ou qui détient une quantité importante de drogue. Et c'est par l'intermédiaire de cette personne que l'agent va pouvoir être présenté à cette organisation, sans bien sûr que ses membres sachent qu'il est fonctionnaire...Ce fonctionnaire va agir sous couverture, sous un nom d'emprunt, une profession d'emprunt. Et cet informateur, qui connaît bien les voyous, va présenter ce « nouvel ami », bien le présenter pour qu'il soit accepté par l'organisation. Et ensuite, ce fonctionnaire va  vivre complètement en immersion au sein de l'organisation.

A.D: Justement, vous l'avez fait à plusieurs reprise. Dans votre livre, vous parlez d'une opération d'infiltration, réussie au Maroc. Racontez-nous comment vous avez fait. 

J-P C: Cela a duré plusieurs semaines, même deux mois. C'était un contact que nous avions du côté de Tanger qui nous informait qu'une bande organisée était sur le point de faire acheminer vers la France environ une tonne de résine de cannabis. A cette époque, c'était une grosse quantité. On parlait plus souvent de prises de 5 ou 10 kilos. Et donc l'occasion m'était donnée de m'infiltrer dans cette organisation au Maroc et de leur présenter la chose en étant transporteur. Il faut savoir qu'au Maroc, ce n'est pas dur de trouver des stupéfiants, de la résine de cannabis. Mais ce qui est compliqué pour les fournisseurs marocains, c'est d'acheminer la marchandise en France. Moi, j'avais ma qualité de transporteur routier. J'avais sous mes ordres des chauffeurs, des civils, que nous avions recruté à cet effet, pour pouvoir acheminer les stupéfiants du Maroc en France et suivre la progression du Maroc jusqu'en France, jusqu'à ce que les acheteurs viennent récupérer la marchandise.

A.D : Comment faisiez-vous pour véritablement vous faire passer pour une personne impliquée dans le trafic de drogue, parce qu'il y a des codes, il y a des réflexes, il y a des choses que peuvent remarquer les trafiquants qui peuvent vous confondre...

J-P C: C'est tout ce qu'on appelait l'éducation de l'agent. Partir en infiltration, c'est toute une préparation en amont. Il faut changer sa manière de vivre, il faut changer sa manière de parler, son comportement, son aspect physique. On oublie tout, on est plus fonctionnaire, on est plus douanier. Moi, j'avais donc comme couverture camionneur qui avait une entreprise dont la situation était très mauvaise et qui voulait se refaire. Donc il me fallait de l'argent. Et j'acceptais de transporter des stupéfiants pour le compte de ces trafiquants. C'est comme ça que je devais me faire accepter. Mon aspect physique, c'était cheveux longs, le style un peu baroudeur.

A.D: Est-ce que, à un moment ou à un autre, vous avez pensé que vous alliez vous faire coincer?

J-P C: Je faisait tout, justement, pour ne pas me faire repérer. Mais c'est vrai qu'il ne faut pas faire d'erreur. Il y a des choses qu'il ne faut pas dire. On ne parle pas de cannabis, on ne parle par de haschich. On parle de n'importe quoi, de marchandise, de pommes de terre ou de chocolat...Il y a les attitudes aussi. Refuser un ou deux verres de bourbon, ça ne se fait pas non plus. En outre, j'avais appris absolument tout le fonctionnement des camions, toute la mécanique, justement pour que si on me posait des questions, je puisse répondre.

A.D : Est-ce que cela veut dire aussi parfois qu'il faut franchir la ligne rouge, pour être crédible vis-à-vis des trafiquants ?

J-P C: C'est une chose, dans la mesure du possible, qu'il ne faut jamais faire. Par exemple, il vont vous demander de consommer des stupéfiants pour voir si vous êtes bien de leur côté. C'est une chose qu'il faut toujours éviter. Moi je ne l'ai jamais fait, c'était ma ligne de conduite. C'est de toujours refuser mais avec des motifs valables.

A.D: Vous expliquez aussi qu'à plusieurs reprises vous avez été dans des situations où les trafiquants ou ceux qui voulaient acheter la marchandise que vous étiez censé transporter, on demandé que vous leur montriez une partie de la marchandise afin qu'ils puissent l'emporter afin de prouver que vous étiez vraiment trafiquant et détenteur d'une grosse quantité de cannabis. Comment vous faisiez dans ces situations-là?

J-P C: C'était ça le gros problème. C'était la finalité de l'affaire. La marchandise était remontée en « livraison surveillée », était mise en dépôt. Et c'était le jour où les trafiquants venaient chercher la marchandise. Mais dans ce cas-là, ils n'arrivent pas comme ça avec un fourgon. Ils disaient: « Ok. Vous avez une tonne que vous avez ramenée. La tonne m'appartient, je l'ai payé. Maintenant, il faut que je sache vraiment de quel côté vous êtes, il faut qu'on soit sûr. Maintenant, vous allez lâcher par exemple, 25 ou 50 kilos. » Là, c'était un gros problème. On l'a fait une fois sur une affaire à Dijon. Ce qui nous a d'ailleurs valu de gros soucis ensuite avec la police et la justice. Pourquoi? Parce que, à cette époque, il n'y avait aucune loi encadrant cela. Aujourd'hui, un agent infiltré peut transporter de la marchandise, l'entreposer et même en céder à la fin, quand il ne peut pas faire autrement avant de remettre toute la marchandise.

A.D: Effectivement, vous avez mené ces opérations d'infiltration à une époque où ce n'était pas du tout encadré sur le plan législatif. Dans le livre, vous racontez que vous agissiez totalement sans filet et que cela vous a même valu d'être arrêté et de vous retrouver face à la justice, même si par ma suite vous avez été blanchi...

J-P C: Oui. C'est sur une affaire dans laquelle les trafiquants ont envoyé un homme de main chercher de la marchandise. Avant de la remettre, j'ai réussi à m'exfiltrer et à demander l'autorisation de mes supérieurs, qui m'ont donné l'autorisation. Donc j'ai « fait » 25 kilos, comme on dit dans le jargon du métier, pour que tout soit crédible. Et ils sont partis dans la nature. Et le lendemain, ils sont venus chercher le reste. Ils sont venus chercher 500 kilos sur 525 kilos. Et puis on a réussi à interpeller tous les trafiquants. Mais comme la loi n'avait pas encore été votée, on eu les pires ennuis.

A.D: Aujourd'hui donc, le travail d'infiltration est encadré par la loi. Est-ce qu'elle couvre tous les cas de figure?

J-P C: Les fonctionnaires qui vont faire de l'infiltration sont toujours confrontés à ce qu'on appelle la mise à l'épreuve. C'est à dire que quand vous arrivez dans une organisation, on peut pour vous mettre à l'épreuve vous faire faire n'importe quoi. On peut vous dire: « ce soir on monte sur un braquage, tu seras chargé de conduire le véhicule ». Qu'est-ce qu'on fait? On se sauve ou on reste? Si on continue l'infiltration, on est obligé de participer au braquage. Le problème, c'est que s'il y a des problèmes, un blessé, voire un mort, qu'est-ce qui va se passer après? L'agent est en infiltration. Mais il est tout de même un peu complice...Donc je ne sais pas si la loi va assez loin.

A.D : Vous estimez que, aujourd'hui, pour lutter contre le trafic de drogue, on est obligé de faire de l'infiltration?

J-P C: C'est une technique qui est redoutable. Parce que quand vous êtes infiltré, vous entendez tout, vous voyez tout. Vous comprenez tout le système d'acheminement. Vous connaissez tous les personnages qui sont autour de l'affaire. Il est certain que quand vous avez un agent infiltré dans une organisation, il est sûr que cela fait mal parce que tout le monde tombe.

A.D: Avez-vous l'impression que le travail d'infiltration est devenu plus difficile par rapport à l'époque où vous la pratiquiez?

J-P C: J'ai fait cela pendant une vingtaine d'années. C'était une technique que nous avions empruntée aux américains. Cette méthode-là n'était pas connue. On avait une longueur d'avance sur les trafiquants. Aujourd'hui, ils savent qu'en France des agents pratiquent l'infiltration. Donc il est certain que les agents qui vont s'infiltrer, vont avoir un plus de mal à se faire accepter et à pouvoir pratiquer cette infiltration dans les circuits frauduleux.

Ecouter l'interview  diffusée sur rfi

1 Commentaires

Au Tchad, principalement à Koumra, la vente de drogue a pris une tournure. Ce qui fait que nombre des jeunes de la ville se sont lancés dans la drogue; Ils fument à la longueur de la journée l'herbe dans des papiers. Pour éviter d'être appréhendé par la police, ils dégagent le contenu de la cigarette pour mettre celui de la drogue. Dans un village, à 35Km de la ville de Koumra, des champs de cannabis sont alignés. Certains membres de la police sont impliqués dans ce trafic, ce qui fait que ce village n'a pas été découvert comme village où l'on cultive la cannabis.