Afrique de l’Ouest : où en est la mobilisation contre le trafic de drogue?

L’Afrique de l’Ouest est l’objet de toutes les attentions pour son rôle de plaque tournante du trafic de différentes drogues. Organisations internationales, régionales et partenaires occidentaux : la mobilisation est générale. Mais les résultats sont encore difficiles à percevoir à en croire des experts de la Commission ouest-africaine des drogues*, qui a tenu une réunion avec des représentants de la société civile à Accra les 30 et 31 octobre.

Drogue: le retour des « méga » saisies en Méditerranée

Le 8 septembre dernier, la Marine nationale française a intercepté en Méditerranée, un cargo transportant 20 tonnes de cannabis. C'est la troisième saisies de cette ampleur en 2013 dans cette zone. Une illustration de l'évolution des filières d'approvisionnement du marché européen.

Le Luna-S en feu, poursuivi par un navire français, le 8 septembre 2013 (crédit: Douane française)

Pierre Lapaque (ONUDC): « L’Afrique de l’Ouest est une zone de transit, de production et de consommation de drogues dures »

Le représentant de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) pour l’Afrique de l’Ouest et du centre fait le point sur le trafic de stupéfiants dans la sous-région. Selon lui, le trafic continue dans la zone sahélienne. C'est toutefois loin d’être la seule route de la drogue en Afrique de l’Ouest, où la consommation de crack, de méthamphétamine et d’héroïne augmente.

Afrique drogue : Est-ce que l’Afrique de l’Ouest reste une zone de transit importante pour la cocaïne, l’héroïne et la méthamphétamine ?

Entretien: « Les pilotes d’avions de la drogue rémunérés autour de 1000 dollars le kilo de cocaïne transporté »

Les avions privés sont aujourd’hui un moyen important de transport de la cocaïne latino-américaine vers le marché européen, avec souvent des escales en Afrique. David Weinberger est l’auteur, avec Nacer Lalam*, d’un rapport sur le sujet publié en France par l’Institut des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Il revient sur l’histoire des « avions de la drogue » et comment ils sont utilisés par les organisations criminelles.

Le chef d’état-major des armées de Guinée-Bissau, Antonio Indjai, inculpé par un juge américain

La DEA, l’agence antidrogue américaine, a annoncé ce jeudi 18 avril, l’inculpation par un juge new-yorkais du chef d’état-major des armées de Guinée-Bissau pour narco-terrorisme. Selon la DEA. Antonio Indjai est accusé d’avoir « conspiré » pour fournir des armes aux Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et d'avoir voulu stocker de la cocaïne pour le compte du mouvement armé colombien.

Comment la DEA a piégé Bubo Na Tchuto et ses complices ouest-africains et colombiens

Bubo Na Tchuto, ex-chef d’état-major de la Marine bissau-guinéenne, ainsi que six autres personnes, dont deux présumés trafiquants latino-américains, ont été arrêtés entre le 2 et le 5 avril. Ils ont, en réalité, été piégés par des agents de la DEA qui les ont incité à mettre sur pied des livraisons de cocaïne et d’armes. Un projet présenté comme devant profiter aux rebelles colombiens des FARC. 

Bubo Na Tchuto (crédit: AFP)

Le communiqué transmis à la presse par l’agence antidrogue américaine, vendredi 5 avril lève un coin du voile sur le véritable traquenard dans lequel la DEA a fait tomber l’ex-patron de la Marine et ses complices. 

Malgré l'intervention française le trafic de cocaïne continue en Afrique de l'Ouest

L’intervention militaire française a bouleversé les filières sahéliennes de la drogue. Mais d’autres routes pourraient déjà être ouvertes, alors que de la cocaïne continue à être expédiée d'Amérique latine vers l’Afrique de l’Ouest.

Le trafic de drogue touche toute l'Afrique, selon l'OICS

Le dernier rapport de l'Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) dresse un constat sans appel. Du nord au sud, l'ensemble de l'Afrique est concernée par le trafic de stupéfiants, qu'il s'agisse du haschich, de la cocaïne, de l'héroïne ou de la méthamphétamine.

Cocaïne en Afrique de l’Ouest: nouvelles filières, nouvelles énigmes

Au moment où l’on reparle du trafic de cocaïne à travers le Sahel, l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime fait utilement le point sur le trafic de poudre blanche dans son dernier rapport sur la Criminalité transnationale en Afrique de l’Ouest. Selon l'UNODC, le trafic de cocaïne continue mais les experts s'interrogent sur sa porte de sortie vers l’Europe.

Premier constat de l’UNODC: si au milieu des années 2000, il est devenu « évident que d’énormes volumes de drogue, représentant des milliards de dollars, étaient expédiés via l’une des régions les plus instables du monde », aux alentours de 2008, « plusieurs indications ont témoigné d’un tassement des flux de cocaïne ».

La drogue au coeur du conflit au Mali

Le trafic de drogues joue un rôle clé dans la crise au Mali. Et il ne concerne pas que les « narcoterroristes », comme on surnomme désormais les islamistes armés au Sahel. Le haschich et la cocaïne ont irrigué bien au-delà de ces mouvements, suscitant des complicités et des passerelles inattendues...